1. Immobilier
  2. Actualités immobilières à PARIS
  3. Les Moulins De La Galette

Les Moulins De La Galette

Publié le 04/11/2021

 

Les Moulins de la Galette

Au gré du vent de l’histoire     

Chaque mois, l’agence immobilière Paris 18, Century 21 Les Abbesses, vous fait partager une page d’histoire ou bien le quotidien de ce si joli village qu’est Montmartre. Avec l’automne qui arrive à pas de géant laissant peu de place à l’été indien, nous avons choisi de vous faire redécouvrir l’histoire des Moulins de la Galette… Hé oui, parce qu’ils sont deux !

Tournent les ailes, tourne le temps                                                                              Si les moulins ont presque tous disparus du paysage montmartrois, l’histoire et les poètes nous rappellent qu’ils étaient près d’une trentaine au 18è siècle, et presque encore une petite vingtaine au 19è. À cette époque, la commune de Montmartre n’appartient pas encore à celle de Paris, elle est composée du Bas-Montmartre et du Haut-Montmartre siège des moulins construits sur la butte de gypse exposée aux vents.
C’est sur ces hauteurs que vivent les vignerons, les paysans et les meuniers qui font tourner les moulins mais tiennent aussi des cabarets sources de notoriété de cette petite campagne. Sous les ailes des moulins tournent donc aussi les villageois et les villageoises !


Après avoir battu de l’aile
Mais de campagne en village et de village en quartier citadin, les lieux et ses habitants ont changé et les moulins ont presque tous replié leurs ailes avant de finir rasés. Seuls le « Blute-fin » et le Radet », les deux moulins de la Galette ont survécu à l’évolution de la société montmartroise. Miraculeux rescapés du changement d’époque et des promoteurs immobiliers, ils symbolisent désormais fièrement le magnifique quartier de Montmartre et se pavanent avec charme sous les regards émerveillés des touristes qui reviennent petit à petit visiter Paris. Avant leur retraite vouée au divertissement et au tourisme, ils ont passé leur vie à moudre, mais pas seulement du blé, ils ont broyé des raisins lors des vendanges,
concassé des matériaux destinés à la parfumerie et de l’albâtre pour fabriquer de la porcelaine.

Le « Blute-fin » sous l’aile de quelques privilégiés
Avec son nom évocateur, ce moulin survivant nous laisse imaginer une farine de qualité, blanche et fine, séparée du son avec soin et tamisée avec délicatesse. La date de sa construction est assez floue, la famille Debray qui en devient propriétaire en 1809, assure qu’il date de 1295, mais d’autres sources estiment qu’il est beaucoup plus récent, né entre 1621 et 1622 sous le nom de « Vieux Moulin ». Pourtant, au 14è siècle, un prévôt aurait fait du « Blute-fin » un lieu d’observation pour surveiller les bandes de mercenaires redoutés des habitants des faubourgs. Souvent restauré, il est aujourd’hui le dernier moulin de la Butte Montmartre en état de marche et coule des jours heureux, à l’écart des touristes, lové au sein d’une résidence privée, 75-77 rue Lepic, où vivent des habitants chanceux et notamment le célèbre réalisateur Claude Lelouch.


Le « Radet » a toujours des ailes !
Également acquis par les Debray, ce moulin anciennement baptisé « le moulin Chapon » aurait été érigé en 1268. Maintes fois démonté et déplacé, il prend son nom actuel en 1760. C’est en 1812, qu’il est vendu pour une bouchée de pain à Nicolas-Charles Debray. En 1834, sa vie change radicalement et il se transforme en guinguette, ses ailes ne sont plus assez performantes et son activité de minoterie s’éteint, victime du progrès et de la concurrence. Par miracle, en 1915, il échappe à la destruction et en 1924, il migre une dernière fois pour rejoindre son emplacement actuel situé à l’angle du 83 rue Lepic et du 1 rue Girardon. Devenu une sorte d’enseigne publicitaire, il est planté sur le toit d’une construction qui abrite un restaurant baptisé le « Moulin de la Galette », anciennement connu sous le nom de « Da Graziano » renommé pour sa très célèbre cliente, Dalida, qui y dinait tous les soirs !

Suivez l’actualité immobilière et rejoignez-nous